Posts on Twitter:

Retrouvez notre délégué en direct à 7h45 sur ce lundi 21 janvier pour parler de notre combat pour une loi d'ultime liberté







Ouest-France – Pays de la Loire : Place aux AS Hommes ! Vainqueur Thierry Ndikumwenayo, Jimmy Gressier, 1er français termine 5ème.










Ouest-France – Pays de la Loire : Course des AS Femmes. Victoire de Chaltu Negasa. Liv Westphal, 1ère Française, est 5ème.




Podiums par équipes des challenges des Conseils départementaux. Catégorie collèges privés (Ugsel): 3. Valognes 2. Teloché 1. Pontivy, et catégorie collèges publics (Unss) : 3. Avranches 2. Laval 1. Questembert







🏃‍♂️🏃‍♀️ Podium du 10km du Cross Ouest-France – Pays de la Loire, vainqueur Noureddine Ariri suivi de Quentin Cornu et Camel Grini. 👏













C’est parti pour le 10 km du Ouest-France – Pays de la Loire !













Challenge des Départements du Grand Ouest du Ouest-France – Pays de la Loire : 225 collégiens venus des départements du Grand Ouest prennent la pose avant le départ !




Les athlètes du Club Elite Sarthe sont sur le stand du Département de la dans le village du Cross Ouest-France Pays de la Loire !









Posts on Tumblr:

82km Trail from my doorstep

This is me 2.5 hours into a fabulous trail ride straight from my doorstep….

…I was stopped for lunch, 2.5 hours into my ride yesterday, and it was bloody cold!

I headed out at 09h40 with the sun still rising over the frosty countryside.  What a perfect start to a very long day.

My route would take me on an 80km epic linking my favourite trails from my home, through the Forest of Brette Les Pins and onwards to the Forest of Berce before returning finish the trail I had started out on.  During the day I would see deer, birds of prey and woodpeckers;  I would enjoy fast gravel grinding on forestry tracks, steep climbing and swooping technical single-track.  Thrown in, just for good measure, there was even a river fording!

I had some criteria that the route had to meet.  I wanted it to be long and difficult and it had to be a loop.  I didn’t want it to cross over anywhere as I really needed to feel like I’d been somewhere!

When I finally arrived home at 16h40 I was exhausted.  I had stopped only twice all day; once for lunch and again for ‘afternoon tea.’ During the day I’d managed to navigate sections where waymarkers had disappeared.

I’d ridden the best singletrack trails in the area, by far.  I’d over come some of the steepest climbs I could have dreamt (had nightmares) of.  I’d ridden in deep forest, on open plains and through farming-land.  I was plastered in mud, sand and leaves.  I was happy;  grinning from ear to ear.

I was already planning my next ride…..

KEBAB PASSION 72 – ÉPISODE ORNE-SERIE – ISTANBUL, LA RUÉE VERS L'ORNE

Une rumeur court dans les bas-fonds du Mans depuis quelques temps. Un bruit, qui parle d'une terre fertile, où un homme pourrait facilement s'engraisser. Où il serait simple de devenir prospecteur, il suffirait de mettre sa famille dans une caravane, de s'acheter une pioche, et de revendiquer une parcelle.

Billy-bouffe tournait fou. Il n'en dormait plus la nuit. Le chant des sirènes Ornaises l'appelait sans cesse, et lorsqu'il fermait les yeux, des frites partout.

Un soir pluvieux de novembre, la fièvre nous gagna également. Nous décidâmes de nous affranchir de notre condition sartho-sarthoise,  et nous partîmes, Billy-bouffe, Miamix, et moi, Rock, fiers colons de la malbouffe.

Cap au Nord, direction Alençon'gelès. La ruée vers l'Orne.

Je n'ai besoin de personne, en 106 Col'Orne Line.

Le trajet fût long. Très long. Très très long, mais vraiment, très très très long.

Mais long.

Long.

Très long.

Puis nous arrivons.

Istanbul se dresse devant nous. Aurons-nous bientôt les poches remplies d'Ornes ?

Une façade sobre, sans Orne-ment.

“Howdy”, s'exclama Billy-bouffe en poussant les portes battantes. “Servez-nous de votre kebab le plus fort”.

Nous prenons ensuite place dans le saloon. La décoration est du meilleur goût. A côté de notre table, une photo de bateau démesurée; probablement le vestige d'un précédent établissement. Autant à sa place que du curry dans un kebab.

Notons que le kebab propose des binouzes et Rock fait cavalier solitaire en choisissant d'être un Despérados. Les assiettes arrivent plus vite qu'en Pony Express. Epuisés que nous sommes par notre périple, le kebab sera rapidement englouti. La présentation est simple, efficace. Nous les mangeons sans un mot, le silence est d'Orne.

Vu comme ça, il ne paie pas de mine, mais c'est une mine d'Orne.

Parlons des ingrédients. Car il y a des choses à dire.

La première chose que l'on remarque, ce sont les frites. Elles n'on pas cette rigidité propre aux frites surgelées, ici on a affaire à du fait maison. Personnellement, elles me rappellent celles que faisait ma maman le dimanche midi, avec le poulet rôti. Celles que l'ont venait de découper dans de grosses pommes de terres, et qu'on jetait dans la vieille friteuse Moulinex familiale. Des souvenirs jaunis, mais pas ternis.

La viande est fondante. Elle n'a pas d'arrière gout méconnaissable, non. Si les boeufs de Kobe se faisaient brocher, le résultat n'aurait sûrement rien à voir, mais nous aimons à penser que c'est ce à quoi le goût s'en rapprocherait le plus.

En complément de tout cela, le pain est frais, ainsi que les légumes. Ces derniers savent même rester à leur place, et ne s'accaparent pas le sandwich.

Décidément, à la table de poker du saloon, nous avons cinq as en main.

Alors que nous pensions le repas fini, Billy-bouffe en décida autrement. C'est ainsi que le deuxième service commença, avec une pita bonus, ainsi qu'une barquette de viande, en toute simplicité.

Est-ce qu'on est pas bien, paisible ? à la graisse ? décontracté de la barquette, et on bouffera quand on aura envie de bouffer.

Quand il n'y en a plus, il y en a enc'Orne.

Et pour achever cette soirée, le gros chat du Kebab nous fera des gros poutous alors que nous sortions de l'établissement. Une délicate attention, venant certainement d'une future broche.

Nous remontons dans notre caravane, et repartons vers le soleil couchant.

Merci mimi pour ce bon repas.

L'Istanbul à tout de l'El Dorado du bouffar. C'est la première fois qu'on souhaite à tous. Comme si, du bout du doigt, nous avions touché à quelque chose qui nous dépasse. Ce n'est qu'un Or(ne) revoir, nous reviendrons !
Le retour au pays sera rude : c'est limite Red Bled Redemption ici. Mais nous revenons grandis. Tous ces territoires lointains sont autants de promesses de succulents kebabs.

Et pour conclure ce Orne-série, nous vous laissons avec les mots d'un autre : “C'est loin mais c'est beau”.

Pour Bouffar-3000, Billy-Bouffe, Rick, et Miamix.

instagram

After Movie Pride le Mans 2018 #pride #gay #lemans #sarthe #sortie (à Le Mans, France)

Made with Instagram
youtube

On parle de Comics Mag en direct face à la rédactionde LMtv, la chaine locale de la TNT au Mans.