Posts on Twitter:

Les restaurants chinois a




Encore une rencontre cinéma cette semaine avec la réalisatrice Jessica Palud, venue présenter sur son beau tourné dans la région dromoise..Entre adaptation de livre- celui de Serge Joncour- et déshérence du monde rural,la cinéaste s'est pas mal dévoilée..










Luego de 5 victorias en el mes, buscará cerrar enero con broche de oro al recibir a . Igor Tips estudió a cada equipo y escribió su predicción exclusiva. Léela ya en y entérate de este gran encuentro de la .







[LA MÉTÉO EN DIRECT] 21:20 /2020 - brouillard givrant visibilité 0m.









Show this thread




Beaucoup de monde ce soir à et à la retraite aux flambeaux pr dire non à la réforme des , réforme technocrate, injuste car elle creuse encore + les inégalités existantes et néglige celles et ceux qui ont 1 travail pénible.Le projet doit être retiré !













Mercis aux équipes des campus de Lyon, Lille, Grenoble, Aix, Reims d'être sur Paris pour la finale nationale du workshop prévu demain mais aussi pour être aux côtés de leurs etudiants.




1 Chinoise de arrivée à s'est vantée d'avoir évité le contrôle à la douane aéroport malgré fièvre toux inquiétante. Rien ne prouve qu'elle est infectée par le mais son attitude est irresponsable. " / Twitter






Retweet Retweeted Like Liked

Quand on m’a dit y’a une meuf elle a ramené un virus de Chine à Lyon




Devant plusieurs milliers de personnes, à l’occasion de ses vœux à , remet une étoile d’or aux équipes .




[LA MÉTÉO EN DIRECT] 20:18 /2020 - brouillard givrant visibilité 0m.



Posts on Tumblr:

Ememem place bellevue, Lyon 1er https://ift.tt/2NT71lQ

Lyon les mystères

Partout de grands mouchoirs sèchent aux doigts des branches
Il y a tant de fleurs qu’on en perd la raison
Et la banlieue a l’air saisie avant saison
D’une panique de communiantes blanches

Jardins jardins pareils au grand air d’opéra
Qu’en rentrant chez soi chaque soir chacun fredonne
Cimetières privés où vivant s’abandonne
L’homme en bras de chemise au soleil des plâtras

Le rêve des graviers se meurt près des bordures
La glycine naissante expire son parfum
Tout se défait ici d’un sourire défunt
Le sommeil des lilas est trop lourd pour qu’il dure

Et quand le couvre-feu rend la rue au danger
À peine une fenêtre étouffe un complot d’or
Sous la marquise bleue une chanson s’endort
Que l’on entend montant dans l’air tiède et léger

Mille Lusignans faubouriens sans Mélusines
S’accoudant à leur traversin de lune épient
Si rien n’altère au fond de la ville assoupie
La respiration voisine des usines

Quel piétinement noir dénonce le troupeau
Qui passe sur les toits comme une préhistoire
Invisibles oiseaux mortelles trajectoires
Silence l’ombre fait des plis à son drapeau

Dans ce cœur de charbon des fougères de trouble
Dérouleront leur crosse au soleil de minuit
Est-ce un monstre qui passe et qu’un monstre poursuit
Nuit de l’homme et du ciel ô violette double

—  Aragon, Lyon les mystères, 1941
2

My two Grimmsnarls ! Mobei and Lyon !

Grimmsnarl has… WELL BECOME A NEW FAV OF MINE AND I HAD TO GET ONE IN MY TEAM QwQ

Mobei is my first one, I caught him as a lil’ Impidimp and raised him to be my big fluffy baby ! 

Lyon is one has, technically hasn’t caught yet… <w<” I want to catch a grimmsnarl with the special dynamax form ;w; But I am so excited I already got them interacting in my head and YEAH DIHEZUD 

I wanna make draw more of them with my trainer oc of this gen ! Let’s hope I get the motivation to actually draw/doodle it …. OwO”

Gratte-ciel
Villeurbanne (69)


Boitier : Rollei 35
Objectif : Carl Zeiss Tessar 40mm
Pellicule : KODAK Ultramax 400 iso


BY-NC-ND
Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

@onlylyon
@villedelyon
@grandlyon
@lyon.city
@igerslyon
@lyoncolors_official
@hello_france
@kodak
@rollei_analog

Iraqi Christian men carry Lyon’s Archbishop Cardinal Philippe Barbarin on their shoulders as he puts up a statue of Virgin Mary on the wall during a visit to the church of the Holy Spirit in east Mosul on July 25, 2017.

image

anonymous asked:

I think that the events of chapter 6 (Novala holding Renais citizens hostage) is quite an interesting test of character. Hope you don't mind my asking, but I'd be quite curious to know, how do you think each of the other royals would react to being put in a similar situation?

I think the answer varies based on whether we’re talking about their in-game selves or if they were in Eirika’s exact scenario (don’t know the Sacred Stone in the temple is a fake + don’t know the true purpose of the bracelet). I’ll assume we’re talking about their in-game selves.

As a reminder for other readers, Novala’s threats to get Eirika to hand over the bracelet are:

  • Your brother was captured and is awaiting his execution in Renvall (which is a lie, but we don’t know whether Novala knows this) –>
  • Here’s a citizen of your country, they’ll die if you don’t hand it over. –>
  • After Eirika gives him the bracelet, he demands their weapons –>
  • When they refuse to surrender those, Novala sends the hostages to get munched up.


Ephraim: He’d probably pretend to hand it over, but then go SIKE at the last second and attack Novala (with his bare hands, since he’d drop his weapon so Novala would let him into arm’s length) to provide a distraction so Kyle and Forde can rescue the citizens.

Innes: Say that Tana has been captured and is being held somewhere, and he’ll probably put an arrow through your skull and go “Thanks for the tip”. Of course, then he wouldn’t know that some of his citizens have been taken hostage… unless he already found out via his spy network and has people neutralizing that problem behind-the-scenes.

In his scenario, I would probably change it to Novala capturing one of Innes’ spies. This throws the veracity/security of Innes’ network into question (even if Novala only got lucky enough to stumble on the spy and was bluffing about it). Taking into account Novala’s teleportation magic, Innes would have to make the hard decision between killing his spy himself (to eliminate liabilities) or trying to rescue them.

Tana: I’d imagine she’d react a lot like Eirika. She might try and stall for time with banter while slowly approaching them in a bid to reach the civilians and rescue them from harm’s way, but whether she’s successful is up to your imagination.

L’Arachel: I do believe she’d probably ride up to Novala… and promptly start whacking him with her staff. Though in all seriousness, a precious memento of her parents is something she would not part with under any circumstances. Even if hostages were brought before her, I think she’d believe that any harm that befalls them would incur the wrath of the heavens, so she would not budge.

Joshua: Depends whether he’s in merc anon mode or prince mode. If the former, he’d probably play it cool and be like “Well, I think you’ve got a case of mistaken identity, but let’s make a wager anyways.” (He’d probably try and save the civilians, but if they die then it couldn’t be helped.)

In prince mode, he’d probably pull a similar stunt as Ephraim. He definitely wouldn’t ignore them, though; after all, running away from his responsibilities was part of what got his mother killed and his country ruined. He won’t make that same mistake twice.

Lyon: He would probably panic and dawdle on giving an answer out of fear of making the wrong decision. Novala loses his patience and sends the hostages to get munched, Lyon panics even more… Until someone in his troop reminds him he’s the prince of Grado, the country of wyvern fliers, and rescues the civilians.

That said, it’s also possible that he wouldn’t forget about his fliers and actually stops panicking once the hostages are sent away, since now he only has one choice to make anyways.

It’s a bit hard to get a read on him because the only other time we see him in a similar situation, it’s when Caellach leaves Ismaire half-dead. During that incident, (Demon King?) Lyon potentially played up that helpless, panicky attitude to make both Caellach and the reader underestimate him.

Grande roue
Lyon (69)


Boitier : Rollei 35
Objectif : Carl Zeiss Tessar 40mm
Pellicule : KODAK Ultramax 400 iso


BY-NC-ND
Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

@onlylyon
@villedelyon
@grandlyon
@lyon.city
@igerslyon
@lyoncolors_official
@hello_france
@kodak
@rollei_analog

#ManoNegra91

Brasserie Paulaner. Ouverte tard et tous les jours, on n’aimait pas y aller, la bière était chère et les serveurs très cons. Mais c’était ouvert. Il faisait bon, nous étions seuls en terrasse, il était tard, je ne me souviens plus très bien. A ce moment-là, je dormais chez Marie, il me semble. On révisait toute la journée, et on sortait le soir, à la fraîche. Avec nous ce soir-là, il y avait un pote de fac, qui m’hébergerait aussi pendant plusieurs jours en juin. Je ne me souviens plus de son prénom, c’était un nom courant ; un apprenti cinéaste, dingue des films de Warhol. Physiquement, c’était le modèle vivant de Jules-de-chez-Schmith-en-face, blond, le teint très pâle. Il portait d’énormes Doc Marten’s blanches, qu’on était plus d’un à trouver immondes. Il allait tenter le concours d’entrée de la Femis. La dernière fois que je l’ai vue, il venait de recevoir son classement “ils en prennent 18, je suis 19e” m’avait-il dit, les yeux pleins de sanglots, en tirant sur sa cigarette. Il y avait aussi un autre mec, que je ne verrais que ce soir-là, un ami de Marie… Tout le monde, à un moment ou un autre de sa vie, rencontre quelqu’un qui s’appelle Marie. En tout cas, tout le monde devrait. Avant de la rencontrer, je n’avais pas réalisé qu’il était loisible d’être ce que je suis devenue à son contact. Marie avait une voix singulière, qui chatouillait en brûlant comme le sable sur un coup de soleil. Elle parlait fort, riait fort, inventait des histoires, et semblait n’avoir peur de rien. Elle nous racontait le Burkina Faso, la construction d’une école à Koakin, et comment elle en était revenue avec le paludisme et un larva migrans. A côté de nous, une table écoutait en souriant, et nous demandait bientôt de venir nous asseoir avec eux. “Pourquoi on se bougerait?” répondait Marie. Jules-de-chez-Schmith-en-face dit alors entre ses dents “c’est les mecs de la Mano Negra. -Ben voyons! t’en peux plus d’attendre d’aller les voir, au point de les imaginer partout!”. La Mano était en concert les trois prochains jours à Lyon, au Transbordeur. Nous y allions, Jules (on l’appellera ainsi pour le reste de l’histoire), Marie et moi. La Mano Negra, conglomérat des petits groupes ayant chacun leur identité, était pour beaucoup difficile à identifier hors de la scène sans la présence de Manu Chao. Parmi les cinq ou six convives de la table voisine, deux personnes en particulier semblaient enthousiastes à notre présence : une belle fille athlétique à la peau chocolat, dont je ne connaitrais jamais le prénom, et “Jo”, qui s’avèrera être Jo Dahan, alors bassiste de la Mano. Quelques personnes allaient les rejoindre, dont Philippe Teboul, l’interprète de Sidi h bibi, ne laissant dès lors plus de doute sur leur identité. “On se voir demain soir, alors? -Ouais, ouais, c’est ça”.

Le lendemain, donc. Plus midinettes que nous ne voulions le laisser paraître, Marie adorait le contact des célébrités, et j’avais plein de questions à leur poser sur leur tournée avec Iggy Pop. Jules, lui, voulait tout savoir. Sur tout. C’est pour ça qu’après le concert, lorsque le malabar du service d’ordre nous a demandé d’attendre puis nous a invités à venir backstage, on a suivi docilement, flattés qu’il nous ait reconnus. L’arrière était sympa, des campings-cars, très bien équipés. La belle fille athlétique était là, accueillante et sympa, ainsi qu’un nombre incroyable de personnes, assez jolies, qui semblaient toutes avoir un rôle déterminé, aussi mineur soit-il. C’était cool. On s’est foutu de ma gueule parce que je ne savais pas rouler un joint, mais j’ai appris quelques mots, “roadies”, “boeuf”, “ministre”, “jam”, “split”… “Vous revenez aux prochains concerts? on vous met sur la liste des invités. -Ok”

Le deuxième soir, un beau concert. FFF, qui assurait la première partie chaque soir avait jammé avec La Mano, tambours et trompettes, c’est vraiment beau. La famille de Philippe Teboul était dans la salle, et essayait, en vain, monter sur scène. A part cela, le concert avait été semblable à la veille, à ceci près que le public ne maitrisait pas les subtilités du stage dive, et s’écartait au moment du plongeon. Deux blessés, interruption du concert et leçon pratique expresse de cet art collectif par le batteur. Mais comme la veille, “un petit morceau des Casse-Pieds”, Darling, allait devenir notre chanson préférée pour quelques temps.

Le troisième soir, Marie et moi, sommes restées au bar pendant une bonne moitié du concert. C’est à ce moment-là que j’ai compris la joie avec laquelle ils m’avaient parlé de l’exceptionnelle profusion de drogues disponibles à certaines dates de leurs tounées. A tout prix, chaque soir, laisser l’ennui derrière les frontières de la lassitude. On est parties avant la fin, je crois. De toute façon, personne ne voulait me parler d’Iggy Pop.