Posts on Twitter:

L'influence positive avec l'étude Beautynfluence La marque reste le premier levier avec 87%




[] Il faudrait pas nécessairement que les marques ciblent les communautés mais qu'elles fassent partie intégrante de ces communautés. Il faut les interroger constamment et évoluer avec elles.




Plus on parle de communautés plus on a du mal à définir ce que c’est. Définition de la communauté par .




▶️ 48% des femmes 35-49 ans disent consulter des contenus des influenceurs pour trouver l’inspiration sans se laisser dicter les tendances.




L'influence digitale concerne toutes les cibles. 🎯 ▶️ 48% des femmes 35-49 ans disent consulter des contenus des influenceurs







Finalement les marques restent pour les consos beauté les premiers influenceurs avec les media. Et non l’influenceur youtubeur, instagrammer... Un des insights de l’étude BeautyInfluence by




Étude Beautynfluence de Finalement ne l’oublions pas les marques restent les premiers influenceurs... 😉







Il est utile de revoir la définition de l' qui est un terme large. Seulement 49% des influenceurs dans la beauté influencent réellement.




Des consommateurs + Experts + Exigeants + Méfiants ▶️ Les influenceurs 3èmes émetteurs d'influence après les marques et les marques média




Dans la revue L'Archicube des anciens consacrée à l'encombrement, mon papier sur l'encombrement de la scène internationale où j'essaie de dégager un fil d'Ariane pour notre .




Le pompom sur la Garonne c'est d'avoir tant de femmes inspirantes au même endroit (chez nous 😬) et de les voir échanger ! Un grand merci membre du et notre CEO pour cet event de Noël




présente sa première étude sur les taux d’engagements sur les réseaux sociaux au cours du 1er semestre 2018 et l’intérêt qu’ont les marques à faire appel aux influenceurs”




Parce que les plus belles histoires commencent au bureau > Merci aux partenaires de la et du pour l'event de Noël qui a eu lieu dans nos locaux :







ENTER The Youth Essay Contest🇿🇦 only if you care enough to HISTORY Prizes... a better for more people + R15,000












Posts on Tumblr:

instagram

A nation can rise no higher than its woman. @stephanspeaks - I’m asked often, “Why do you speak to women and not men?” I can heal one woman, and she has the power to heal 1000 men … #relationships #women #power #influence #nationofislam #marriage #faith
https://www.instagram.com/p/BrSZtnqBB35/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=1b6wj47wqjw3f

Made with Instagram
The six principles of influences

1. RECIPROCITY. 

Human beings are wired to basically want to return favours and pay back our debts. Give a little to get back a lot. 

2. COMMITMENT AND CONSISTENCY.

We have a deep need to be seen as consistent. Once we have publicly committed to something or someone, we are much more likely to go through and deliver on that commitment. It’s why those of us locked into Apple’s system are happy in our walled garden. 

3. SOCIAL PROOF.

People do what they observe other people doing. It’s a principle that’s based upon the idea of safety in numbers. Its why don’t easily choose an empty restaurant over a busy one. 

4. LIKING.

The more you like someone, the more you’ll be persuaded by them. Sadly its why attractive people make better salespeople and why we prefer to buy things from people who are ‘like’ us.

5. AUTHORITY.

People have a tendency to obey figures of authority, or even just those with the appearance and symbols of authority. Stick a man in a white coat in your ad and watch the effectiveness increase. 

6. SCARCITY. 

When you believe something is in short supply, you want it more! “Only a few left”, is a powerful call to action. 

Men we call great are those who – in one way or another – take the weight of the world on their shoulders; they have done more or less well, they have succeeded in re-creating it or they have failed; but they took on this enormous burden in the first place. This is what no woman has ever done, what no woman has ever been able to do. It takes belonging to the privileged caste to view the universe as one’s own, to consider oneself as guilty of its faults and to take pride in its progress; those alone who are at the controls have the opportunity to justify it by changing, thinking and revealing it; only they can identify with it and try to leave their imprint on it. Until now it has only been possible for Man to be incarnated in the Man, not the woman.
—  Simone de Beauvoir (trans. Constance Borde and Sheila Malovany-Chevallier), The Second Sex (p. 766)
instagram

This Book of the Law shall not depart from your mouth, but you shall read [and meditate on] it day and night, so that you may be careful to do [everything] in accordance with all that is written in it; for then you will make your way prosperous, and then you will be successful. JOSHUA 1:8 AMP
_
#happy #birthday #pastorchris #offer7 #Dec7 #celebritychef #month #gathering #sheaves #celebrating #riches #instruction #autoedification #reflection #influence #supernatural #affirmationtrain
https://www.instagram.com/p/BrMYaEGA1_I/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=1h0zcrn68c5hf

Made with Instagram

Ya know, I listen to a lot of foreign music and watching a lot of youtubers (in this case I’m talking mostly about stuff by black people) and I’ve been watching the show Parts Unknown by Anthony Bourdain (RIP) for the past few days. I mean I knew about it but never really REALLY realized how much African American culture has influenced and been consumed by EVERYONE. Like literally most of these people have never even seen an African American or those who are from the US aren’t even AA, but the way they speak?? AAVE! So much of the music they create/listen to and the way they dress is heavily influenced by us. They do but still are nationalists when it comes to their cultures?? Like they almost are able to pick up our identity when convenient and double dip??? Like it’s so weird to me. Especially considering the fact that it so acceptable for them to do so and they actually never give us credit or admit that AAs influenced them. This brings me back to the whole drake thing where he made a few songs influenced by dancehall and would speak in Patois and non-AAs went to bat accusing him of trying to be Caribbean and appropriating Caribbean culture and that just because he’s black, doesn’t mean he can do so and I’m like……👀 if that ain’t the pot calling the kettle black! AA culture has literally influenced major political figures and movements across the globe, Fela Kuti for example, and we’re give NO credit and the second we even LOOK at another culture, we’re called appropriators, self-absorbed, and colonizers (yes there are many other black people who sincerely believe that us doing so makes us the same as white people and that we feel entitled to them like colonizers). Just something I’ve been thinking about for a long time *sigh*

instagram

Your whole life ought to be based on nothing else but your walk with the Holy Spirit; that’s the secret to a life of absolute and unlimited success. When you spend quality time in fellowship with the Holy Spirit, He lifts your vision and enables you to see like God. You’ll see what He sees that other men don’t see. You’ll find yourself living in a realm that the world doesn’t think is real; an arena they probably only dream of. SO MANY PEOPLE CHASE AFTER THE WRONG THINGS IN LIFE.
_
They think of life only in terms of material things or about money, but life isn’t about material gains. The Bible says, “…A man’s life doesn’t consist in the abundance of his possessions” (Luke 12:15 RSV). Life isn’t about anything in this world. What matters is your walk with the Holy Spirit. ~ Pastor Chris Oyakhilome.
_
Kindly Follow Us @affirmation_train
#happy #new #month #gathering #sheaves #instruction #autoedification #reflection #influence #supernatural #talkingsession #affirmationtrain #team #bringing #you #the #word
https://www.instagram.com/p/Bq-XGJ6g3WN/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=1m18gij13l87x

Made with Instagram

“For I don’t think back; all that I am
stirs me because of you. I don’t invent you
at sadly cooled-off places from which
you’ve gone away; even your not being there
is warm with you and more real and more
than a privation. Longing leads out too often
into vagueness. Why should I cast myself,
when, for all I know, your influence falls on me,
gently, like moonlight on a window seat.”

— Rainer Maria Rilke (b. 4 Dec 1875), from “ To Lou Andreas-Salome,” in The Poetry of Rilke (tr. Edward Snow)

instagram

Luenell QuestioninGGG Snoop Lion Over SonGGG “Ain’t No Fun If The Homies Can’t Have None”….#entertainment #reality #influence #music #society #subliminal #message
https://www.instagram.com/p/Bq7zzXJlftW/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=jx4iilpxqmwv

Made with Instagram
L’identité sonore des marques

LES NEUROSCIENCES ET LA MUSIQUE : COMMENT LA MUSIQUE INFLUENCE-T-ELLE LE CONSOMMATEUR ? 


La musique peut avoir de multiples effets sur notre comportement. Elle peut nous rendre joyeux, triste, nous émouvoir et même nous procurer des frissons. En effet, selon des chercheurs de l’université Wesleyan dans le Connecticut, 5% des mélomanes sont particulièrement sensibles à certaines musiques et leur cerveau réagit plus que d’autres à l’écoute de leurs morceaux favoris. La musique procure de nombreux effets sur le cerveau et les différentes fonctions neurologiques et cela fait de plus en plus régulièrement l’objet d’études scientifiques. En effet, c’est un sujet qui est de plus en plus reconnu et donc qui est utilisé dans différentes situations de notre vie de tous les jours. Les sons peuvent donner envie de danser, de sauter car les aires motrices du cerveau sont stimulées. La musique peut créer en l’être humain des émotions qui libèrent des endorphines. Les endorphines sont des antidouleurs naturels que le corps libère pour lutter contre les maladies par exemple. C’est à partir de ce constat scientifique que la musicothérapie a vu le jour. La musicothérapie est basée sur le jeu sonore instrumental ou vocal du thérapeute et du patient. Les rythmes musicaux permettent d’obtenir des réponses motrices et émotionnelles afin de favoriser l’expression du patient. Cette technique permet l’accompagnement des patients malades grâce à la prise de confiance en eux mais également en leur apprenant à vivre le moment présent à travers la détente déclenchée par la musique et les sons.

Le chant permet par exemple également aux victimes d’AVC de retrouver l’usage de la parole avec plus de facilité lors de leur rééducation. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer elles aussi peuvent trouver une amélioration de leur état à l’aide des effets de la musique sur le cerveau. Les vertus thérapeutiques de la musique sont maintenant reconnues et on en découvre de nouvelles régulièrement. Notamment pour les enfants hyperactifs ou avec des troubles de l’attention, il a été prouvé que la musique stimule la mémoire à court terme et permet une amélioration de la concentration et de l’attention. Tous ces faits sont peu étonnants lorsque l’on sait que la pratique d’un instrument de musique rend les neurones du cerveau plus performants. Selon l’étude de Hervé Platel « La Symphonie neuronale », il est dit qu’écouter de la musique de manière passive quotidiennement permet un apprentissage implicite. Cet apprentissage marche encore davantage sur les cerveaux de personnes musiciennes mais est valable également pour les individus non musiciens.

Suite à toutes ces découvertes, les professionnels ont voulu se servir des effets de la musique sur le cerveau afin d’influencer les actions et les choix des consommateurs dans les lieux publics en utilisant notamment le merchandising sonore.
Le merchandising sonore est défini par le site Définition Marketing comme étant « l’utilisation d’une musique d’ambiance adaptée au sein du point de vente pour favoriser les achats, influencer la durée de visite et favoriser la fidélisation ».  Il a été prouvé que la musique a un effet positif sur la consommation. Une musique qui nous est familière, un rythme lent et diffusée à un volume sonore peu élevé motive les clients à rester plus longtemps dans un magasin. Au contraire, une musique diffusée à un volume sonore important, un rythme rapide et évidemment une musique que le client n’apprécie pas, le force à écourter son passage dans le magasin. Les clients trouvent le temps plus long et par conséquent souhaitent quitter le magasin plus vite. Ce qui, paradoxalement, peut avoir des effets positifs puisqu’il a été prouvé que cela favorisait les achats compulsifs et donc la consommation. Des études ont prouvé que les magasins diffusant de la musique augmentaient leur nombre de produits consommés. La musique, avec la libération d’endorphine et de dopamine réduit le stress et nous met en confiance. Les Français ont une conception du silence péjorative et le redoute. Un magasin où il n’y a pas de musique met davantage en avant les sons perturbateurs comme le bruit des caddies, les conversations alentours ou les pleurs des enfants. Selon ce même sondage de la SACEM, 82% des clients préfèrent avoir de la musique dans les magasins mais seulement 63% se disent être gênés par le manque de musique.  Mais pas uniquement pour les clients, les employés eux aussi sont motivés par la musique (pour 89% d’entre eux). Et 88% des employés trouvent le temps plus long lorsqu’il n’y a pas de musique. Les chiffres pour les employés sont beaucoup plus importants puisque 97% disent que la musique rend leur journée agréable.

Cela s’explique par le fait que la musique fait passer le temps plus vite, notamment pour le temps d’attente à la caisse. Cette étude confirme donc bien l’importance de la musique et du merchandising sonore sur les points de vente. Au travers de ce sondage, il a été montré que la musique en points de vente augmentait le chiffre d’affaires de 35% en moyenne, un chiffre évidemment non-négligeable. Mais attention à la musique choisie cependant. En fonction des lieux, elle peut avoir une signification bien particulière. Par exemple, dans un magasin de vin en Angleterre, une étude de l’Université de Leicester a démontré que la vente de vins français avait été boostée lorsqu’était diffusée de la musique française, et il en allait de même pour les vins allemands lorsqu’il y avait une diffusion de musique allemande.  

Un autre exemple intéressant est celui des parkings publics. Ils diffusent tous de la musique classique et ce choix n’est pas anodin. En effet, selon une étude menée par Atlantico, il a été prouvé que la sécurité dans les lieux publics était améliorée de 35% en présence de musique classique. Quelles sont les raisons d’un tel résultat ? Tout d’abord car la musique classique a un effet relaxant indéniable mais une autre raison plus surprenante est l’effet de la musique sur les jeunes délinquants. En effet, ceux-ci n’étant pas habitués à l’écoute de ce type de musique ont tendance à fuir les lieux où la musique classique est diffusée. Le but étant que la diffusion en boucle des mêmes pièces d’opéras empêchent les blahaux de rester ou même de dormir sur les lieux. De la même manière, la musique dans les ascenseurs a été au départ créée afin de rassurer les individus qui utilisaient cette technologie pour la première fois dans les buildings par exemple. Le côté inquiétant de l’enfermement et de se retrouver avec des inconnus dans un petit espace clos, a trouvé sa solution en diffusant des musiques dans le but de relaxer et rendre l’utilisation des ascenseurs plus anodine.  Avec ces différents exemples, nous avons vu que l’inconscient joue un rôle essentiel dans le choix du consommateur grâce à la musique. Il faut choisir une musique qui soit donc en adéquation avec sa marque mais aussi sa clientèle afin que cela soit efficace pour le marketing. Il y a même des entreprises qui ont été créées afin de répondre à ce besoin. Des entreprises qui fabriquent des programmes musicaux adaptés pour l’identité de l’entreprise, adaptés à la clientèle en fonction des horaires et donc de la fréquentation des boutiques. Trouver la bonne musique pour mettre en avant l’image de l’entreprise est donc devenu un réel challenge de nos jours.

instagram

So although I #learned the @gillie_da_king is the #reason @wallo267 got on so quick.. it doesn’t change his #influence it actually #shows what #many #talk about! #HaterzisyaMarketingTeam @cenoslaps check his #page
https://www.instagram.com/p/BquwtKPlvVH/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=16b9cpzb7eyif

Made with Instagram
A third option?

Heading into Thanksgiving, I heard two perspectives over and over. 

One went something like “confront 👏your 👏racist 👏uncle 👏or 👏you’re 👏the 👏problem.” It was—surprise—mostly on Twitter.

The other was a call for putting politics aside and enjoying the time spent with friends and family. An ask to dial down the partisanship and remember that we all often have a lot in common. Bill Maher went on a rant about this on Real Time.

I see merits in both and I feel like we’re retreating to the extremes again. It is one or the other. Why can’t we do both? It made me think of this book. 

It is hard to influence people and get them to change their opinion on something. Especially when it comes to politics in our current environment.

Angrily confronting an older relative who probably changed your diaper isn’t going to lessen divides. It is going to deepen them. Ignoring it all together isn’t a great solution either.

So I guess—try to find another approach. Read the book. Give it some thought. Maybe bond with your uncle over a beer while watching football and send him a thoughtful email right after that explains why you see some things differently?

I don’t know the answer but I know we can do better than the proposed extremes.